Non classé

Ma situation scolaire, mon bac, mon avenir professionnel…

Hello Hello ! 

 

Aujourd’hui on se retrouve pour un article un peu bla-bla ; je voulais vous parler de ma situation scolaire, mes années lycées, mon bac, et où j’en suis aujourd’hui, un an après avoir passé celui-ci.
Tout d’abord, il faut savoir qu’en fin de collège, pour moi et pour tout mon entourage, il était évident que le littéraire était la voie que je devais suivre. Je parlais presque aussi bien l’anglais que le français, j’adorais lire, écrire, parler. Les maths c’était tout l’inverse, les chiffres ça allait, mais dès que les les lettres ont commencé à s’en mêler, j’a lâché l’affaire. Ce n’était pas pour moi. Je suis donc entrée au lycée avec l’idée de passer un bac littéraire.

Les années lycée ont été assez pénibles pour moi, socialement et professionnellement parlant. Socialement pour des raisons qui ne regardent que moi, et professionnellement parce que je n’arrivais pas à trouver ma véritable voie. C’est bien beau d’aimer le français, d’aimer les langues, de ne pas aimer maths, et donc d’aimer le littéraire… mais il faut aussi trouver un métier qui nous plaise derrière, et malgré tout l’amour que je portais pour cette filière, je n’ai pas su trouver une profession qui m’aurait réellement apporté ce que je recherchais. Mais qu’est ce que je recherchais; en fait ?
C’est vrai ça, je ne savais même plus ce que je voulais. Je n’en pouvais plus de rester assise à un bureau, je voulais vraiment avoir un but professionnel, mais je n’en avais aucun. Alors quoi, juste parce que j’avais un assez bon niveau en cours (et encore..) il aurait fallu que j’aille à la fac ? Oui, très bien, mais qu’est ce que ça m’aurait apporté de plus ?
J’ai vu une conseillère d’orientation, dans l’année. Je voulais un métier qui bouge, un métier ou il y a de l’urgence, un métier ou il faut communiquer, aider, se sentir important et tout petit à la fois, un métier qui me ferait me sentir vivante, et moi-même. Je voulais un métier sans le social. Pourquoi pas aide-soignante ? Bon, c’est vrai, au début je pensais aussi beaucoup à auxiliaire de puériculture, vous savez, avec les enfants. Il y avait un lycée, proche de chez moi, qui faisait classe préparatoire justement pour ces deux concours, aide-soignant, et auxiliaire de puériculture. C’était sur entretien, l’entrée. Un peu comme pour les concours en eux-mêmes. 16 places, je suis prise avec succès (surprenant d’ailleurs). En apprenant cette bonne nouvelle, je réussissais également mon bac littéraire. Je pouvais donc rentrer sereine en préparation aux concours d’aide-soignant/auxiliaire de puériculture.

1er stage dès le début de l’année ; je me retrouve en foyer logement pour personnes âgées encore assez indépendantes. Je découvre donc le métier d’aide-soignante, et je me rends compte que c’est le métier que je veux pouvoir faire. Deuxième stage en EHPAD (Maison de retraite, pour personnes dépendantes cette fois) ; des cas d’Alzheimer, des cas de personnes ne pouvant plus bouger, et un cas qui m’a particulièrement touché : un homme sourd, muet et atteint de la maladie d’Alzheimer. Ce stage a totalement confirmé mon choix.
J’ai donc passé en mars/avril 4 concours ; un seul par département. J’ai été prise dans deux départements dont le mien. J’ai évidemment choisi de rester auprès des miens. Je rentre donc en école d’aide-soignante dès Septembre prochain, avec trois filles de ma classe de préparation aux concours.

J’aimerais insister sur le fait que ma vie a complètement changé cette année. Au lycée, je n’étais qu’une jeune fille complètement pommée, avec pleins de questions qui tournaient en boucle dans ma tête ; qu’est-ce que je vais faire de ma vie ? Est-ce que je trouverai un jour un métier qui me rendra heureuse ? Est-ce que je trouverai un métier tout court ?
Non, je n’étais pas heureuse au lycée. Je n’avais pas de but, pas de projets concrets. Cette année j’ai découvert un métier, le métier qui me correspond et qui je pense me rendra heureuse. Alors non, ce n’est pas mes années scolaires qui ont déterminé mon futur, ce n’est pas grâce à mon bac littéraire et mes capacités à lire, traduire, écrire que je serai heureuse plus tard. Ou que je suis heureuse aujourd’hui.

J’aimerais que vous sachiez, peu importe l’âge que vous avez, que non, faire un bac professionnel ne veut pas dire que vous n’avez aucune capacités, que vous n’avez pas le niveau pour du général, et même si c’est ce qu’on essaye de vous faire croire, dites-vous que vous avez forcément un métier à la clé. Je suis quasiment sûre que pour ma part, avec un bac littéraire et des années de fac, je n’aurais pas su faire un métier qui me plaise réellement.

Je vais entamer la prochaine année d’études avec plaisir et énormément de motivation, parce que je sais ce que je veux faire.

Voilà pour ce qui est de ma situation scolaire, enfin de mes études. J’espère que ça aura donné un peu de courage aux personnes qui sont pommées comme j’ai pu l’être ; ne vous inquiétez pas, l’illumination fera place dans vos vies aussi. Vous finirez par trouver le métier de vos rêves. :*

Je remercie toutes celles et ceux qui auront pris la peine de lire cet article jusqu’au bout, je sais que ce n’est pas le genre d’article que tout le monde aime lire, mais je voulais vraiment vous expliquer comment j’en étais venue à finir en école aide-soignante en étant partie sur du littéraire.

 

Je vous souhaite une excellente soirée, et à bientôt pour un nouvel article ! Bisous bisous !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s